Le burnout, une opportunité ?

Dernière mise à jour : 25 janv.



Le burnout ou l'épuisement émotionnel, c'est certain, on ne le souhaite à personne. Cette épreuve bouleverse, chahute, déstabilise, ébranle et peut laisser de solides traces.


De ma propre rencontre avec le burnout à la création de zen


Et oui... je n'en n'ai jamais beaucoup parlé sur mes comptes, car nous sommes surtout là pour parler de vous 😇 Et puis... avez-vous déjà tapé "Burnout" sur Google ? Des dizaines et des dizaines de posts sur le sujet avec pour la plupart "Quels sont les signes du Burnout", "Comment reconnaître les signes?" Finalement, cela nous fait une belle jambe mais que fait-on avec ça ?


Dans mon "ancienne vie" comme j'aime l'appeler, j'étais Directrice Marketing. Plus de 15 ans passés dans les Medias. Une passion pour la transformation et un rythme à 300%

Je me rappelle encore, quelques années avant ma "chute fatale", dans le cabinet d'une psychologue (moi qui n'avais jamais été voir une psy de ma vie). Au fur et à mesure des séances, elle me prononce le mot tabou "Mais, vous êtes en Burnout Madame, vous devriez sincèrement vous arrêter"

C'est très simple.... j'ai arrêté d'aller la voir. Je n'étais pas prête à entendre cela. Non je n'étais pas au top de ma forme, non je ne dormais pas super bien, oui mon travail prenait toute la place dans ma tête le matin, le midi et le soir mais.... j'adorais mon métier, j'adorais sortir des sentiers battus, lancer de nouvelles visions, collaborer, encadrer mon équipe.

J'ai donc continué comme cela encore quelques années.


Le corps qui parle

Nous subissons tous des signes différents et il "n'y a pas de règle". Pour ma part, mon point faible, c'est le dos. Il y a certes un souci mécanique, mais c'est aussi la partie de mon corps qui me communique le plus comment je me sens. (Attention, à l'époque, je n'ai pas fait le lien ;-) Après plusieurs blocages et avoir été emmenée en ambulance, je suis donc passée sur la table. Jusque là, pas de quoi s'inquiéter. (en tous les cas pour moi) Et surtout, je souhaitais vite vite retourner au travail, ce que j'ai fait dès que j'ai pu (et pour le reste, je continuais à travailler de chez moi, l'équipe venant à la maison 🌟)


Surtout ne rien lâcher

Petit à petit, j'ai commencé à m'épuiser de plus en plus. Il m'était de plus en plus difficile de faire la part des choses, de composer avec mes émotions. Plein de petits signes sont apparus. Jusqu'au moment où PAF, je me suis écroulée. A l'époque, je n'avais pas appris à m'écouter, ni à prendre soin de moi, ni à comprendre mes mécanismes.


La chute libre

Des fourmillements dans les mains et dans les jambes, l'impression de suffoquer, des crises de larmes, des maux de têtes et à l'arrière de la nuque, des nuits de plus en plus pénibles, des moments "d'absence" où plus aucun mot ne sortait de ma bouche jusqu'à l'impossibilité d'étudier avec ma fille une simple table de multiplication de 2 (non non, je ne connaissais plus le résultat, ni n'étais même capable de classer 2X2, 3X2...)




Un arrêt obligatoire

Vous vous en doutez, le verdict est tombé. "A l'arrêt pour burnout" Pour ma part, j'ai eu comme cette impression de tomber dans le vide. Avec une peur panique "Mais que vont penser les gens?" Mélangée à un soulagement (Je me vois encore rentrant à la maison en pleurant et en répondant à mon mari qui me proposait un plan d'action pour me remettre sur pied : "Je veux juste dormir, je vais dormir")


Au début, je n'ai pas trop réfléchi, j'étais trop épuisée pour le faire, et puis... il me fallait juste me reposer et ça irait mieux après non ?


Le repos

Oui, effectivement, quand les batteries sont à plat et qu'on en ressent le besoin, il est important de s'écouter. Un rien est fatiguant. C'est comme si la pile, dès qu'un peu rechargée, ne tenait plus. (Vous voyez votre Iphone en fin de vie ? Et bien c'est à peu prêt pareil)


Un mélange d'émotions

De la peur, en passant par la colère, la tristesse et la honte... Pour ma part, c'était insoutenable. Je ne savais plus qui j'étais. D'ailleurs... j'avais l'impression de "ne plus être personne" Je n'étais plus capable de travailler, je m'éfondrais dans les bras de mes filles (encore petites à l'époque). Je passais mes journées seule car parler me demandait trop d'énergie mais je me sentais aussi seule d'être seule. Et alors... les questions qui me faisaient directement fondre en larmes "Ca a été ? Qu'est-ce que tu as fait de beau aujourd'hui ?, "Et toi ? Tu fais quoi dans la vie ?" "Ah ? Ca va mieux ? Tu es en certif jusque quand ?"


L'acceptation et le lâcher-prise

Pour ma part, c'est je pense ce qui a été le plus long. Accepter d'être dans cet état. Accepter qu'il ne faut pas avoir honte. Accepter, qu'il n'y a pas de "date"

Les certificats se prolongeaient de mois en mois. Avec à chaque fois cette boule au ventre d'avoir l'une ou l'autre réponse d'ailleurs. Peur de ne pas pouvoir retourner au travail et de devoir ré-ré-ré annoncer que je ne reviendrais pas tout de suite et en même temps peur de comment y retourner. Peur de perdre définitivement ma place, que tout le monde m'oublie.

Accepter aussi que l'entourage ne comprenne pas. Car non, l'entourage n'est pas à l'intérieur de vous et surtout, il n'est pas formé. C'est difficile d'être en Burnout, c'est autant difficile de vivre avec une personne qui l'est. (Demandez à mon mari 😅)


Se reconstruire sur de nouvelles bases

Petit à petit, je me suis reconstruite. Reconstruite d'abord, redécouverte ensuite. Et j'ai été aidée et encadrée pour y arriver.


J'ai également commencé à méditer progressivement et à pratiquer le Yoga. Moi qui n'étais jamais arrivée à ne penser à rien, petit à petit, je retrouvais un calme intérieur. (Rassurez-vous, je ne suis pas devenue experte en la matière en une fois, d'ailleurs, on ne l'est jamais et on évolue toute une vie)

Pas à pas, le brouillard s'est estompé, et j'ai commencé à faire des choses pour m'aider à me sentir mieux (avec de la culpabilité bien entendu car je me sentais "coupable" de "prendre du temps pour moi")

J'ai découvert la Sophrologie, le massage, des thérapies différentes, entammé toute une série d'ateliers, un cycle complet de Pleine Conscience, des formations en Reiki. Je souhaitais me donner toutes les chances de me sentir mieux.


Une reconnexion à soi

Finalement, je pense que cette période de ma vie et ce qui en a découlé ont été le plus enrichissant. Non cela n'a pas été facile, c'est certain, et je ne le souhaite à personne. Mais chez moi, cela a été le déclic me permettant de chercher à mieux me connaître, mieux me comprendre, déceler mes besoins, être attentive aux signes et surtout, revoir mes modes de fonctionnements, mes notions de l'efficacité et de la passion.


Aujourd'hui

Cet épisode de ma vie fut pour moi une prise de conscience assez radicale (ce qui n'est vraiment pas une obligation, nous ne changeons pas d'office de vie ;-)

Cela a donné vie à mes propres aspirations profondes d'aider l'humain.

J'ai pris conscience de l'importance du rôle des émotions dans notre quotidien, à part entière et il me tenait à coeur de pouvoir vous aider sur ce chemin. J'ai donc à l'époque entammé un trajet en choisissant de me former à part entière et sauter le grand pas en me lançant dans l'accompagnement.


Aujourd'hui, il me tient à coeur de garder cet équilibre au quotidien, d'être attentive à ce qui est réellement important, peut importe le domaine.

Je suis toujours passionnée par la transformation, celle de l'humain.

Coach émotionnelle intégrative & Aromachologue, je vous aide à retrouver (et surtout garder) un équilibre émotionnel, et qui plus est, à faire de vos émotions vos meilleures alliées. Je vous apprends à vous ressourcer, comprendre les besoins sous-jacents de vos émotions et à utiliser vos ressources au quotidien.


Vous n'êtes pas seuls

Si il y a un point important à retenir si vous vivez un burnout, c'est que tout est possible et que non, cela ne vous rend pas plus fragile. Cela vous donne une opportunité de mieux vous connaître et de vous reconstruire sur des bases solides. Et surtout, vous n'êtes pas seuls. Il y a une multitudes d'approches qui peuvent vous y aider. Testez, expérimentez et... écoutez-vous.


#burnout #gestionemotionnelle #equilibreemotionnel #sereconstruire #épuisementemotionnel #epuisementprofessionnel #débordementémotionnel



.



69 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout